Les objectifs de l’ASAMLA

Les objectifs de l’Asamla

L’association a pour but de favoriser l’intégration par l’accès aux droits, aux soins et à l’éducation des populations immigrées, issues de l’immigration ancienne ou récente.

Elle se fixe les objectifs suivants :

  • Faciliter la communication entre les migrants et les professionnels de la santé, du social et de l’éducation, par la traduction linguistique mais aussi par l’éclairage culturel qu’apporte l’interprète en replaçant un symptôme, un comportement dans son contexte culturel et en l’expliquant au professionnel. Cette mission est assurée par 20 Interprètes professionnels, salariés de l’ASAMLA, s’exprimant en 17 langues ;
  • Développer la promotion de la Santé dans le respect des pratiques culturelles différentes et mettre les migrants en situation de gérer leur propre santé ;
  • Favoriser  la capacité d’adaptation mutuelle des personnes immigrées et des structures sanitaires, sociales et scolaires ;
  • Sensibiliser à l’interculturalité les professionnels de la  santé, du social, de la formation  et de l’éducation ;
  • Lutter contre toute forme de discrimination à caractère raciste dans les différents champs d’intervention de l’ASAMLA.

Nos engagements :

  • Favoriser l’intégration des migrants en permettant l’accès aux droits, à la santé ;
  • Promouvoir la santé dans le respect et l’intégration dynamique des cultures ;
  • Lutter contre toutes les discriminations à caractère raciste.

Nos actions :

 

 

 

Pourquoi l’interprétariat médical & social ?

L’interprétariat médical & social pour l’intégration

L’interprétariat professionnel médical et social est un outil essentiel dans des situations exigeant une traduction/médiation linguistico-culturelle dans le domaine de la santé, du social et de l’éducation. Il désigne la traduction orale d’une langue à une autre prenant en compte le contexte de l’entretien et l’origine sociale et culturelle des interlocuteurs.

La nécessité de l’interprétariat médical et social est un constat partagé par les professionnels et les pouvoirs publics :

  • pour pouvoir s’exprimer et comprendre les informations est un pré-requis fondamental de l’accès aux droits.
  • pour faciliter la communication entre les personnes immigrées et les professionnels dans le pays d’accueil, permet pour les deux parties, une meilleure compréhension des situations et des cultures des pays d’origine comme du pays d’accueil.

Les fonctions de l’interprète médico-social :

  • intervenir dans un cadre déontologique qui garantit la fidélité, la neutralité et la confidentialité de la traduction ;
  • avoir une parfaite connaissance linguistique du français, de sa langue maternelle ainsi que de sa  culture d’origine ;
  • décoder les mots et les comportements ;
  • traduire des documents administratifs, juridiques et informatifs.

 

Le Référentiel de Compétences, Formation et Bonnes Pratiques : 

La loi de modernisation du système de santé français a confié à la Haute Autorité de Santé la mission d’élaborer un référentiel de compétences, de formation et de bonnes pratiques sur l’interprétariat linguistique pour les personnes éloignées des systèmes de prévention et de soins tel que reconnu à l’article L. 1110-13 du Code de la Santé Publique.

La HAS considère que seul le recours à un interprète professionnel permet de garantir d’une part, aux patients/usagers les moyens de communication leur permettant de bénéficier d’un égal accès aux droits, à la prévention et aux soins de manière autonome et, d’autre part, aux professionnels les moyens d’assurer une prise en charge respectueuse du droit à l’information, du consentement libre et éclairé du patient et du secret médical. Elle reconnaît néanmoins que d’autres moyens de communication peuvent s’avérer utiles dans les cas où le recours à un interprète professionnel n’est pas possible.

Ce référentiel publié en octobre 2017 s’adresse aux professionnels qui interviennent dans le parcours de santé des personnes ne parlant pas une même langue qu’eux, c’est-à-dire les institutions, les professionnels dans le domaine de la santé et du social (médecins, infirmiers, assistantes sociales, etc.), les interprètes, ainsi que les associations.

 

 

 

 

 

 

 

Une charte de l’interprétariat médical et social professionnel :

En 2012 l’Asamla et 8 autres associations développant une offre d’interprétariat médical et social ont adopté ensemble une définition commune du métier. Cette  Charte de l’interprétariat médical et social professionnel en France précise la déontologie, les fonctions et les responsabilités des interprètes professionnels. Ce texte est aujourd’hui reconnu comme un document de référence par les pouvoirs publics.

 

charte

 

 

 

 

 

 

 

L’histoire de l’Asamla

Dans les années 80, des professionnel-le-s de la santé et des militant-e-s associatif-ve-s nantais, déjà impliqué-e-s dans la défense des droits des personnes immigrées  sont conduits, dans leur pratique, à rencontrer et partager les difficultés supplémentaires que la maladie génère chez les migrants et leurs familles ne parlant pas ou mal le Français, notamment en cas d’hospitalisation.

Un collectif se crée. Il  recense les besoins en matière de santé et étudie les moyens à mettre en œuvre pour mieux y répondre.

En 1984, une association est créée : l’ASAMLA !

La première préoccupation est de constituer une équipe d’interprètes pour donner des possibilités de communication entre les immigrés hospitalisés et les soignants. Au début, cette équipe intervient au CHU,  puis, dans une vingtaine de centres de protection maternelle infantile (PMI)  des quartiers à forte population immigrée. L’interprétariat se fait, alors, essentiellement en langue arabe, turque et portugaise.

Au fil des années en lien avec l’évolution des flux migratoires cette démarche interculturelle s’est étendue auprès des migrants de l’Asie du sud est, de l’Afrique de l’Ouest et plus récemment auprès des populations d’Europe de l’est, russophone, serbo-croate,  albanais et roumains.

L’action de l’Asamla s’est développée. Acteur de référence dans ce domaine en Loire-Atlantique, l’association organise en 2011 un colloque régional Migrants et Santé « se comprendre pour se accéder aux soins ». Il réunit plus de 200 personnes.

A l’issue de ce colloque, l’Asamla s’engage avec d’autres acteurs associatifs des 4 autres départements au développement d’un réseau national pour mieux répondre aux besoins d’interprétariat médical et social partout en Pays de Loire.

Fin 2011 l’Asamla s’engage avec 8 autres partenaires associatifs français intervenant dans ce domaine dans une démarche de définition d’un référentiel pour promouvoir les spécificités de l’interprétariat médical et social professionnel. Etape essentielle dans la reconnaissance de l’interprétariat médical et social en France cette charte est présentée et signée le 14 novembre 2012 lors d’un premier congrès national à Strasbourg.

2014, déjà 30 ans !

En janvier 2015, plus de 200 personnes répondaient à l’invitation pour fêter toutes et tous ensemble les 30 ans de l’Asamla. Merci aux ami-e-s, aux voisin-e-s, aux partenaires de leur présence à l’occasion de cette belle soirée à l’Espace Cosmopolis de Nantes.

30 ans

 

 

 

 

 

 

(un grand merci à Vincent pour ces souvenirs en images !)

livre

(L’ouvrage « Etrangers, des mots pour nous dire » retrace l’histoire militante de ces 30 premières années. Il est en vente 12 € au siège de l’association)

L’équipe

Le pôle Administratif :

  • Cédric Gratton : directeur
  • Béatrice Gueneheux : secrétaire
  • Aminata Camara : secrétaire
  • Nadège Gey : secrétaire
  • Catherine Radigois :  comptable

Le pôle Actions collectives et partenariales pour l’intégration :

  • Gulseren Akkoc
  • Mame Keita.

Le pôle Interprétariat Médical et Social :

  • Gulseren A. (Turque)
  • Elbrus I. (Turque)
  • Xhemshit A. (Serbo Croate/Albanais)
  • Svetlana A. (Russe)
  • Natacha P. (Russe)
  • Natalia S. (Russe)
  • Nina P. (Géorgien/Russe)
  • Ani T. (Arménien/Russe)
  • Tatania P. (Roumain)
  • Annamaria L. (Roumain)
  • Ana P. (Roumain)
  • Cristina B. (Roumain)
  • Sonia Z. (Arabe)
  • Moussa A. (Arabe)
  • Ahmad A. (Arabe)
  • Majda F. (Arabe)
  • Mohammed A. (Arabe)
  • Qossay A. (Arabe)
  • Mame K. (Afrique de l’ouest : Malinké, Djakanké, Peulh, Djoula, Soussou)
  • Rozina A. (Tigrigna)
  • Miriam I. (Somalien)

textes de référence

Le Décret n° 2017-816 du 5 mai 2017 relatif à la médiation sanitaire et à l’interprétariat linguistique dans le domaine de la santé (2017)

Pour la première fois en France, le Décret n°2017-816 signé par Me Marisol Touraine le 5 mai 2017 vient définir la médiation sanitaire et l’interprétariat linguistique dans le domaine de la santé. Ce texte résulte du travail des associations signataires de la Charte de l’interprétariat médical et social (voir ci-après) auprès du Ministère de la Santé. Sur la base de ce décret la Haute Autorité à la Santé donne à l’ensemble des Agences Régionales de Santé et aux hôpitaux des recommandations pratiques pour le recours le plus simple possible à des services d’interprétariat.

 


Le Référentiel de Compétences, Formation et Bonnes Pratiques (2017) : 

Ce référentiel publié en octobre 2017 par la Haute Autorité de Santé s’adresse aux professionnel-le-s qui interviennent dans le parcours de santé (article L. 1110-13 du Code de la Santé Publique) des personnes ne parlant pas une même langue qu’eux, c’est-à-dire les institutions, les professionnel-le-s dans le domaine de la santé et du social (médecins, infirmier-e-s, assistant-e-s social-e-s…), les interprètes, ainsi que les associations.

 

 

 

 

 

 


La Charte de l’Interprétariat médical et social (2012) : fruit d’un travail de fond conduit par 9 associations de toute la France (dont l’Asamla) cette charte constitue un point de repère important, reconnaissant et définissant, à partir d’une véritable expertise, l’objectif, les méthodes et la cadre déontologique de l’Interprétariat Médical et Social.

Téléchargez la charte ! charte


La Déclaration d’Amsterdam (2004) : 12 hôpitaux européens soutenus par de nombreuses organisations européennes ont formulé des recommandations invitant tous les hôpitaux « à devenir des organisations convenant aux besoins des migrants et culturellement compétentes, et à développer des services individuels et personnalisés qui profiteront à tous les patients »

Téléchargez la Déclaration d’Amsterdam