La médiation interculturelle qu’est ce que c’est ?

La médiation interculturelle

La médiation interculturelle désigne la transmission de connaissances et d’informations entre personnes issues d’origines et de cadres de vie différents. L’objectif est de créer des liens entre la société d’accueil et les migrants pour faciliter leur compréhension de nos pratiques et repères culturels et du fonctionnement des institutions françaises. Cette dynamique se réalise dans une perspective de prévention et de développement local pour l’intégration.

Dans une relation entre les acteurs du soin, de l’éducation ou de de l’accompagnement social les difficultés de compréhension linguistiques sont souvent les premières identifiées. Mais la bonne compréhension de son cadre de vie, des institutions, de son parcours personnel ou familial est aussi un enjeu essentiel dans une perspective d’intégration.

Les médiatrices et médiateurs interculturel-le-s professionnel-le-s de l’Asamla possèdent, outre des qualifications linguistiques d’interprètes des compétences qui leur permettent de contribuer à des projets collectifs pour sensibiliser, informer, mobiliser des personnes migrantes et/ou des intervenant.e.s  bénévoles ou professionnels.

Ces actions visent la sensibilisation et mobilisation des acteurs et des publics immigrés dans une perspective de développement local, de dialogue interculturel, d’accès au droit et d’intégration. C’est en agissant avec les personnes migrantes et la société d’accueil que l’on peut faire évoluer les représentations, diffuser de l’information, et faire reconnaître les droits selon le principe de non-discrimination. Elles visent tout particulièrement :

  • la compréhension de la société et des institutions françaises
  • la prévention et l’éducation à la santé (notamment la prévention des mutilations génitales féminines)
  • l’égalité femmes-hommes
  • le soutien à la parentalité, notamment dans le domaine de la petite enfance et du suivi scolaire
  • l’accompagnement du vieillissement

En pratique : 

​Les médiatrices et médiateurs interculturel-le-s de l’Asamla interviennent à la demande d’institutions, de collectivités, d’entreprises ou d’associations dans le cadre de projets s’inscrivant dans un perspective de prévention, de mieux-être pour les personnes et/ou d’intégration. Les partenaires et l’équipe de l’Asamla conviennent de l’objectif du projet, de son contenu et de son organisation (durée, lieu, logistique…) pour établir un contrat d’engagement.

Au regard de ce contrat d’engagement le coût de l’engagement de l’Asamla et les modalités de financements seront également précisées avant le début de la mission. 

Une évaluation sera réalisée à différentes étapes (calendrier prévu dans le contrat d’engagement) par l’ensemble des parties concernées. Elle pourra déterminer l’arrêt anticipé du projet ou sa modification : ces décisions devront être partagées et pourront motiver un amendement du contrat d’engagement initial        

Les médiatrices et médiateurs de l’Asamla assumeront suivant les projets tout ou partie des contenus et des méthodes d’animation des projets. Le plus souvent il est souhaitable que le partenaire commanditaire contribue auprès de l’Asamla à sa réalisation. Ces temps de médiation viseront tout particulièrement : 

  • conseils et transmissions d’informations
  • des groupes de paroles thématiques
  • des projets de développement local dans un contexte interculturel

Les médiatrices et médiateurs de l’Asamla bénéficient toutes et tous de formations. L’Asamla est responsable de l’assurance de qualité de leur travail.  

Point de vigilance : ne pas confondre médiation interculturelle et médiation des conflits  

Dans des conflits qui présentent des aspects linguistiques et « culturels », la tentation est forte de céder implicitement la tâche de la gestion des conflits aux médiatrices et médiateurs interculturel-le-s. Ce qui est absolument à déconseiller. La médiation de conflits exige des compétences et une expérience spécifiques et n’est généralement pas compatible avec les capacités des médiatrices et médiateurs interculturel-le-s, ni avec leur rôle. L’équipe de l’Asamla est bien sur disponible pour en échanger et rechercher au regard de l’objectif visé la compétence ad’hoc.    

L’Asamla à l’école, au collège, au lycée

L’Asamla à l’école, au collège, au lycée

La réussite scolaire est pour toutes et tous un enjeu majeur. Pour les équipes éducatives et les familles le temps de la scolarité c’est un moment marqué par des enjeux forts, des étapes très sensibles et importantes (orientation…) ou chacun doit bien mesurer les attentes de l’autre. 

Lorsque des difficultés de compréhension linguistiques et culturelles viennent s’ajouter à la complexité et à l’aspect émotionnel inhérents à ces thèmes la communication devient difficile et pèse sur le parcours de l’enfant et/ou du jeune.

En pratique :  

Les enseignant.e.s, les conseiller.e.s principa.les.ux d’éducation, les infirmier.e.s scolaires et/ou les assistant.e.s social.e.s peuvent solliciter les interprètes et médiateurs professionnels de l’Asamla pour construire un contexte de communication adapté et faciliter le dialogue avec les familles. Par exemple à l’occasion :

  • de la réunion de rentrée, de présentation de l’année
  • d’un rendez-vous parents/enseignants en milieu ou fin de trimestre
  • de la réunion d’orientation, le parcours sup…
  • d’une équipe éducative
  • d’un conseil de discipline
  • d’un bilan de santé
  • d’un PAI (Projet d’Accueil individualisé)
  • d’une ESS (Equipe de Suivi et de Scolarité)

Langues : Anglais, Arabe, Albanais, Arménien, Azéri, Farsi, Persan, Pachtou, Dahri, Géorgien, Langues d’Afrique de l’ouest, Roumain, Russe, Serbo-Croate, Somalien, Tigrigna, Turc et Ukrainien.

contact@asamla.org tél. 02 40 48 51 99

A l’école :                                            Au lycée :                                              Au collège :

documents flyers

« Où me soigner ? «  – flyer du Ministère de la santé et des solidarités disponible dans 13 langues : 

Je cherche un-e interprète

Dans quels domaines d’intervention ?

Les interprètes de l’Asamla interviennent dans toute la Loire-Atlantique à la demande dans les domaines suivant (liste non exhaustive) :

  • Education : accueil de la petite enfance, écoles primaires, collèges et lycées, classes et instituts spécialisés,
  • Santé : hôpitaux, maisons médicales, centres de rééducation, cliniques, médecins généralistes ou spécialistes libéraux,
  • Social : centre médico-sociaux et de protection maternelle et infantile, services de protection de l’enfance et soutien de la parentalité, centres communaux d’action sociale, centres d’accueil des demandeurs d’asile, les centres d’hébergement, les services d’état civil communaux, sécurité sociale, caisse d’allocation familiale, caisse de retraite,  services publics d’accompagnement à l’emploi.

 

Qui sont les interprètes de l’Asamla ?

  • Les interprètes de l’Asamla sont toutes et tous des professionnel-le-s qualifié-e-s. Généralement issus de la migration ils, elles possèdent des connaissances attestées d’au moins une langue d’interprétariat d’une part et en français d’autre part.
  • Les interprètes de l’Asamla maîtrisent les techniques de l’interprétariat professionnel ainsi que la terminologie usuelle dans les champs de la santé, de l’éducation et du social et sont en mesure d’exposer des faits et des contextes de manière compréhensible et adaptée aux destinataires.
  • Leur travail repose sur un référentiel professionnel conforme à la Charte de l’interprétariat médical et social professionnel en France qui définit les principaux aspects de leur rôle et attitude fondamentale, leurs droits et devoirs et leurs compétences professionnelles.
  • Les interprètes de l’Asamla bénéficient d’un accompagnement en supervision et participent tout au long de leur carrière à des formations.

 

Quelles sont les langues proposées ?

Au regard des moyens disponibles l’Asamla essaye au maximum d’élargir le nombre des langues d’intervention. Aujourd’hui les services des interprètes sont possibles en :

Albanais, Arabe, Arménien, Croate, Djakanké, Djoula, Georgien, Malinké, Peulh, Roumain, Russe, Serbe, Somalien, Soussou, Tigrigna, Turque

 

Comment l’interprétariat est-il financé ?

L’Asamla est une association. Son activité est reconnue et soutenue par l’Etat et les collectivités locales dans le cadre de conventions et subventions. Ces financements publics sont complétés par des prestations facturées par l’association, les dons et cotisations de ses adhérent-e-s.

 

Dessin de Deligne illustrant un article de J.B François dans La Croix du 21 avril 2014 « Le casse tête de la traduction dans les services sociaux »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment faire ? 

Les demandes d’interprétariat doivent être formulées par les intervenants ou services. Lorsqu’une intervention est prévue, il est important de pouvoir préciser les points suivants pour en faciliter l’organisation et l’efficacité :

  • Quels langues les participants à l’entretien parlent-ils et (si possible) d’où ces personnes viennent-elles exactement ?
  • Quels sont la durée et le lieu prévus de l’entretien ?
  • Quelles sont les informations importantes qui doivent être connues de l’interprète ?

La demande d’interprétariat est à formuler au secrétariat de l’Asamla

Du lundi au vendredi entre 9h et 12h30 et entre 14h et 16h45

49-51 Chaussée de la Madeleine
44000 Nantes
Tél : 02 40 48 51 99

@ : contact@asamla.org

 

Recherches

Recherches & Actes

L‘Asamla conduit ou participe régulièrement à des travaux de recherche et des colloques. Vous trouverez ci-après quelques-uns de ces travaux


Education/Jeunesse :

  • « Problème spécifiques (ou non) au niveau des jeunes issus de l’immigration dans les collèges. »

Personnes âgées : 

  • « Prise en compte des migrants vieillissants »  étude  réalisée par Elise CHIRON, étudiante en santé publique, entre 2004 et septembre 2006 dans le cadre  du programme d’insertion des populations immigrées ( PRIPI) des pays de la Loire 2005/2007.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • « Le vieillissement des populations immigrées » – mars 2014- : la DAIC (Direction de l’accueil, de l’intégration et de la citoyenneté, Secrétariat général à l’immigration et à l’intégration, Ministère de l’Intérieur de l’outre-mer, des collectivités territoriales et de l’immigration) a lancé un appel à projet en avril 2011 dans le cadre de la politique nationale d’intégration des migrants. En partenariat avec le Centre de Ressources politique de la Ville de l’Essonne pour l’Ile-de-France et RésO Villes l’ASAMLA a piloté l’organisation d’une journée d’échanges « l’intergénérationnel dans les pays de la Loire » (le 18 octobre 2012, à Angers.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Santé : 

colloque

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • De la terre d’exil à la « terre d’accueil », un vécu traumatique pour les demandeurs d’asile et les réfugiés. Ensemble, osons ouvrir les yeux. Ensemble, osons prendre soin. » Nantes, 4 septembre 2012, Faculté de Médecine, Cliquez ici pour plus de détails

 

  • L’excision et les mariages forcés, Formation organisée par le Centre Interculturel de Documentation (CID), Nantes, le 5 janvier 2011

 


Interculturalité : 

  • « D’une culture à l’autre : du Borek à la bûche de Noël » livre de cuisine réalisé par un groupe de femmes turques de Châteaubriant, dans le cadre d’atelier d’apprentissage du français en 2004-2005 organisés par le Conseil général et la CAF,de Loire Atlantique,  le centre de  PMI de Châteaubriant et l’Asamla avec le soutien financier de la préfecture  de Loire atlantique et  le centre interculturel de documentation ( CID) – pour obtenir un exemplaire merci de contacter l’association.

 

Construire ensemble l’intégration

Construire ensemble l’intégration

L’Asamla initie et contribue avec ses partenaires à la réalisation d’actions collectives de médiation interculturelle. L’objectif est de créer des liens entre la société d’accueil et les migrants pour faciliter leur compréhension de nos pratiques et repères culturels et du fonctionnement des institutions françaises. Cette dynamique se réalise dans une perspective de prévention et de développement local pour l’intégration.

Ces actions visent la sensibilisation et mobilisation des acteurs et des publics immigrés dans une perspective de développement local, de dialogue interculturel, d’accès au droit et d’intégration. C’est en agissant avec les personnes migrantes et la société d’accueil que l’on peut faire évoluer les représentations, diffuser de l’information, et faire reconnaître les droits selon le principe de non-discrimination. A l’Asamla ces actions sont développées par 3 interprètes « référentes actions collectives pour l’intégration ». Elles visent tout particulièrement :

  • la compréhension de la société et des institutions françaises
  • la prévention et l’éducation à la santé (notamment la prévention des mutilations génitales féminines)
  • l’égalité hommes-femmes
  • le soutien à la parentalité, notamment dans le domaine de la petite enfance et du suivi scolaire
  • l’accompagnement du vieillissement

Au forum des personnes immigrées

30 ans !

30 ans

En janvier 2015 l’Asamla fêtait ses 30 ans !

Merci aux ami-e-s, aux voisin-e-s, aux partenaires de leur présence à l’occasion de cette belle soirée à l’Espace Cosmopolis de Nantes.

 

 

 

(un grand merci à Vincent pour ces souvenirs en images !)

Soutenir et Adhérer à l’Asamla

L’Asamla est une association officiellement reconnue d’intérêt général. Les adhésions et dons à l’Asamla permettent de bénéficier d’une réduction d’impôt d’un montant égal à 66 % de la somme versée dans la limite de 20 % du revenu imposable. Pour en bénéficier merci de demander un reçu fiscal auprès de l’association.

Adhérer

L’ASAMLA existe d’abord par l’engagement et le soutien de ses adhérents.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Le paiement est entièrement sécurisé
Vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à contacter l’association : tél : 0240485199

@ : contact@asamla.org


2. Vous préférez payer par chèque  :

Compléter le bulletin d’adhésion ci-dessous en y joignant votre règlement à l’ordre de l’Asamla  :

Telecharger le bulletin d’adhésion (pdf)

Adresser le bulletin par voie postale avec votre règlement à :
Asamla
49-51 Chaussée de la Madeleine
44000 Nantes

 


Faire un don à l’Asamla

tirelireVous pouvez contribuer à l’action de l’Asamla par un don. Quel que soit son montant votre soutien est utile. Vous bénéficierez d’une réduction d’impôt d’un montant égal à 66 % de la somme versée dans la limite de 20 % du revenu imposable. Par exemple pour un don de 42 € votre dépense ne sera que de 14 € après réduction des impôts.

 

Comment faire ?

  • Si vous souhaitez faire un paiement en ligne sur le site sécurisé Hello Asso. Vous pouvez choisir de faire un don ponctuel ou un soutien qui sera prélevé mensuellement sur votre compte

  • Si vous préférez faire un paiement par chèque : merci d’adresser votre règlement à l’ordre de l’Asamla :

Asamla
49-51 Chaussée de la Madeleine
44000 Nantes

Vous voulez en savoir plus, n’hésitez pas à contacter l’association : tél : 0240485199

@ : contact@asamla.org

Développement Local Intégration

Développement Local Intégration

Les interprètes et médiatrices-teurs interculturel-le-s de l’Asamla conduisent des projets de Développement Local Intégration sur différents territoires de Loire-atlantique. Agir pour le développement local intégration c’est conduire des projets avec les migrants et la société d’accueil pour faire évoluer les représentations, diffuser de l’information, et faire reconnaître les droits selon le principe de non-discrimination.

Cette dynamique s’appuie sur un travail partenarial avec d’autres acteurs locaux (collectivités, services, associations) pour favoriser la mobilisation et la participation des personnes migrantes. Leurs prises de paroles, engagements et contributions sont reconnues comme les clefs de l’évolution de leur environnement.

 Par exemple cela a permis :

  • à Nantes, de mettre en œuvre une recherche-action sur les besoins des immigrés vieillissants (l’étude est téléchargeable dans l’Espace  documentaire) et de faire évoluer les pratiques des services publics ;
  • à Châteaubriant, d’accompagner un groupe de femmes à l’édition d’un livre de recettes «  D’une culture à l’autre : du Borek à la bûche de Noël  » et contribuer à leur apprentissage et la pratique de la langue française.

Référentes à contacter à l’Asamla : Mame Keita et/ou Gulseren Ergun

 

 

 

Prévention des MGF

Prévention des Mutilations Génitales Féminines

On estime à 130 millions le nombre de femmes mutilées sexuellement. Chaque année, 2 à 3 millions de fillettes et de jeunes femmes subissent une mutilation génitale. En France, on estime entre 45000 et 60000 le nombre de femmes et de fillettes mutilées ou menacées de l’être. Cette pratique ancestrale persiste dans nombre de cultures et de pays. Elle est appliquée surtout en Afrique de l’Ouest (Excision) et dans l’Afrique de l’Est (infibulation) mais également au Moyen-Orient et en Asie.

Mame Keita, interprète de l’Asamla, met en oeuvre différentes actions de sensibilisation et de prévention pour lutter contre les mutilations génitales féminines :

  • informer et sensibiliser
  • contribuer à la formation des professionnels
  • mettre en oeuvre des actions de prévention contre la pratique des mutilations génitales féminines, en partenariat avec les équipes médico-sociales des quartiers (PMI).

En pratique : 

Vous souhaitez des informations, organiser un temps de sensibilisation ou mettre en oeuvre un projet de prévention de l’excision n’hésitez pas à prendre contact avec l’Asamla.

Au regard de votre demande Mame Keita et l’équipe de l’Asamla envisageront avec vous comment répondre à votre demande.

 

Télécharger la brochure « les mutilations génitales » (gynécologues sans frontière).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’Asamla est également partenaire de l’association Marche en Corps (Quimperlé-France/Nara-Mali) logo marche en corps

Les adresses utiles pour agir en Loire Atlantique :

Face aux mutilations sexuelles en Loire Atlantique
Contre les violences faîtes aux femmes. 


Excision parlons-en !

  .

 

 

Référentes à contacter à l’Asamla : Mame Keita